Alain Carré

Alain Carré

Alain Carré est un metteur en scène, comédien et directeur artistique français. Il se produit en Belgique, en Suisse et en France, ainsi qu’en Allemagne, en Pologne, au Maroc, en Israël, au Brésil et en Espagne entre autres depuis plusieurs années.

Alain Carré met en scène et interprète un répertoire éclectique et exigeant, du théâtre classique au contemporain. théâtre classique au théâtre contemporain. Il forme plusieurs projets originaux d’adaptation à la scène. Par exemple Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche adapté sous la forme d’un monologue, qu’il joue au Théâtre du Crève-cœur de Genève en novembre 2005. Il met aussi en scène et interprète la Chanson de Roland, Le Journal d’un Génie de Salvador Dali, Les Lettres à un Jeune Poète de R.M Rilke et les chansons de Jacques Brel. En 2013 il crée Dom Juan de Molière, pièce où se mêlent combats d’épée, cirque et flamenco, dans laquelle il joue le rôle de Don Juan. Il adapte également le Cid de Corneille, La Maladie de la Mort de Marguerite Duras, Les Caprices de Marianne d’Alfred de Musset. Comme pièce contemporaine, il adapte entre autres Les Combustibles d’Amélie Nothomb, La Nuit de Valognes d’Éric Emmanuel Schmitt. En parallèle à la mise en scène et à son activité de comédien, il crée de nombreux spectacles mêlant musique classique et monologues, notamment avec François-René Duchâble. Ensemble ils sont à l’origine d’une soixantaine de spectacles inspirés par les écrits de musiciens et d’écrivains célèbres : A la table de Georges Sand – spectacle autour de l’écrivaine et des musiciens qu’elle a fréquentés, notamment Frédéric Chopin -, Beethoven « Je deviens sourd », Berlioz « Le voyage d’hiver », Les Nuits Chopin-Musset, Liszt à La Lettre etc. Depuis 2011 il se consacre régulièrement à la mise en scène de procès intentés à des personnages célèbre tels que Socrate ou Baudelaire. En 2012 il a ainsi interprété et mis en scène le procès des Fleurs du mal de Baudelaire durant quatre soirs au Théâtre les Salons à Genève, dans lequels s’affrontent Marc Bonnant et Bernard-Henri Lévy. Au Grand Théâtre de Genève en 2013 et 2014, les trois orateurs se sont à nouveau réunis durant quatre soirées autour du Cas Wagner – Wagner était-il antisémite ?

En 2015, dans le cadre des représentations d’Iphigénie en Tauride et de Médée au Grand Théâtre de Genève, il met en scène deux plaidoiries-spectacles respectivement consacrées aux personnages centraux de ces deux mythes : Iphigénie et Médée, dans lesquelles il jouera aux côtés de Marc Bonnant et Bernard-Henri Lévy, ainsi qu’Isabelle Caillat. On retrouve sa voix dans une cinquantaine de CDs et il a fait de nombreux enregistrements pour France-Culture.